Un Semi en duo et un 1er Marathon à Philly !

  • Semi en Duo : Rock’n’roll Philladelphia Marathon

Premier semi-marathon en 1h54 avec un super entrainement malgré quelques pépins pendant la prépa, je motive ma moitié pour courir son premier semi.

Je suis prêt à courir mon deuxième semi, on en parle aux copains et d’un commun accord on choisit le semi Rock’n’roll de Philadelphia en septembre 2014. Les semaines passent, et une idée merge dans ma tête : et si je profitais de cette prépa pour préparer un premier marathon : une séance longue = un semi, ça peut le faire.

IMG_20140921_083150

“un peu” de monde – Rock’n’roll Marathon

Je pensais m’adapter à l’allure de Delph pour courir se semi ensemble mais en fait pas du tout : l’allure était parfaite. Je suis resté à 75% de Heart rate, ce que j’aurai cherché à faire sur une séance longue.

Pour un premier semi elle s’en est super bien sorti avec une prépa mélangeant beaucoup de déplacements pro et vacances d’été. On passe la ligne d’arrivée en 2h19 : un super souvenir de s’aligner ensemble sur une course et pouvoir partager cette nouvelle passion ! A refaire ASAP !

SnipImage

IMG_20140921_123046

Je voulais courir le marathon de DC mais l’inscription était passée. J’ai choisi Philly qui paraissait une bonne idée vu que je faisais la reconnaissance d’une partie du parcourt avec le semi, deux mois plus tôt.

J’ai choisi pour la marathon de partir sur un plan basé sur la VMA. Ca m’a permis d’apprendre à courir à une allure régulière la ou les plans sur la FCM ne permettent aue de courir en fonction de la fréquence cardiaque du jour.

www.conseils-courseapied.com proposent des plans bien abouties et reconnus par beaucoup de runners jùqi choisi une plqn sur 14 semaines :

Mon objectif par rapport à ma VMA était d’abord  de finir, de me régaler surtout, et si possible de taper moins de 4h30 (avec un objectif caché de 4h20 si possible).

Tout se passe bien jusqu’à 3 semaines avant la course : mes semelles ortho ont un problème sur un coté, je décide d’en faire faire de nouvelles; du coup je les laisse au doc, je cours avec mes semelles normales (erreur de débutant) : bam le mollet qui fait la gueule. Le kine bosse dessus…, du foam roller en pagaille le matin, le midi le soir, et ça va beaucoup mieux. Je vais vous faire un article sur cet outil magique qu’est le foam roller : je comprends pas pourquoi c’est pas remboursé par la secu.

Je fais sauter deux séances de “jogging” pour être sûr d’etre tranquille le jour J, puis une semaine avant l’événement je choppe un virus : la grosse grosse crève. Toutes les conditions sont réunis pour me mettre en confiance. Je suis un mec très zen, très patient à la base… : j’ai été insupportable cette dernière semaine (je le reconnais c’est déjà un premier pas non ?).

  • Le jour du Marathon :

Philadelphia : CITY OF BROTHERLY RUN & SISTERLY ENDURANCE

QHwgBH5lphiladelphia-marathon-parkway-680uw

Dimanche matin 5H du mat a Hotel a Phila : les voisins ont vécu une super nuit EUX… quelle endurance ! A moins que ce fût une relation tarifée… On ne saura jamais mais avec le recul je pense vraiment qu’on était dans un hôtel à P*******.

La crève la semaine avant, le mollet : je me leve avec une pêche de fou et la NIAK : puisque TOUT veut m’empêcher de courir et bin je vais le faire ce marathon et comme il faut en plus !

Sympa l’accueil : la ville est encore endormie. Delph me laisse sur une sortie d’autoroute bloquée par les cops. Je suis juste à 10mn du départ du marathon, de quoi me mettre dans l’ambiance.

Départ du marathon : semi et marathon sur la même ligne de départ : je crois que j’ai jamais été aussi serein. Ce coup de boost le matin m’a mis une pêche terrible et une confiance en moi incroyable : j’en reviens pas d’être aussi zen. Je suis prêt en fait…

Le coup d’envoi donné, j’essaie de me faufiler entre les coureurs. Beaucoup se sont mis dans des Corals non adaptés, il faut slalomer, courir sur les trottoirs. Ici pas besoin de certificat médical pour courir, on trouve des athlètes comme des personnes “pas du tout athletes”, plutôt adeptes de mal bouffe locale. Du coup certains marchent au bout de… 200m : j’exagère à peine.

Je trouve rapidement mon rythme et ma Suunto m’annonce un possible temps de 4h08. Mon rythme me va bien j’essai de coller le plus possible a ce pace. J’ai regarde ma montre tout le long pour avoir un pace le plus régulier possible (cf image ci-dessous).

marathon

marathon2

Une super ambiance tout le long : j’ai mais écouteurs mais les enlèves quand on arrive sur des portions de rues avec du monde par respect pour les gens qui sont là par 3degC pour nous encourager « keep running, go go go » « sylvan Sylban Sylan go gogo » (mon prénom écrit sur le dossard… imprononçable par un américain).

Km 25, les jambes commencent a perdre de l’energie, le reste du corps pareil… plus trop la pêche. Le mur ? Ca y ressemble pas… j’essaie d’analyser et je calcul quand était mon petit dej : j’ai une grosse dalle en fait.

Je cours depuis quelques mois avec un camelback : J’adore (le Marathoner de Camelback… ca aussi j’en ferai un test sur le blog quand j’aurai deux minutes). Ca ne bouge pas sur le dos, facilement réglable et super pratique : ça me permet de boire quand je veux, d’avoir mes gels, mon téléphone…

Je mange difficilement une barre et deux minutes après ça repart. L’estomac commençaient à être très très vide tout simplement.

Je garde le rythme, je passe le 30 km et les cadavres de walking dead échoués partout. Ça fait vraiment peur ! Ca tombe comme des mouches à 12 bornes de l’arrivée et ça continuera jusqu’a 1km de l’arrivée : hallucinant !

Km35

Km 38km avec ma ptite femme

Ma femme me rejoint au 38eme : elle court un bon km avec moi et me lâche en voyant que j’ai la pêche et rassurée de me voir dans cet élan. The Exploited dans les oreilles, j’ai une pêche de fou !

Le calcul de la distance des marathons à la corde… ma montre a calculé la bonne distance sauf que du coup a 42.2km je ne suis pas à l’arrivée : 4h08, ce timing que je tiens depuis le départ est bon pour 42km mais la ligne d’arrivée est plus loin a 43.1km exactement sur ma montre : surprise.

Là ça m’énerve légèrement beaucoup cette histoire alors j’accélère et passe de 10.2km/h de moyenne à 12.2km/h pour finir ce dernier km a 14Km/h le cœur a 100%.

Je passe la ligne d’arrivée en faisant un high five avec le maire de Philadelphia en 4h10 : en fait je l’ai même pas capte le maire : j’étais tellement sur la montre a vouloir passer en 4H10.

MarathonPhilly

Je vous passe l’émotion après le passage de la ligne d’arrivee… Un grand classique.

Une super expérience : 3mn après le passage de la ligne d’arrivée et l’obtention de la medaille de finisher, j’etais déjà dans le marathon suivant : ca sera Big Sur en Californie en Avril.

Finisher !!!!!!

Advertisements

8 Comments on “Un Semi en duo et un 1er Marathon à Philly !

  1. Belle perf’ et chouette CR…je suis preneuse du test sur le sac “Marathoner” il est dans m:on viseur depuis un moment ;o))

    Like

  2. Pingback: Toujours avoir un projet d’avance ! | Courir, moi ? jamais !

  3. Pingback: J’ai couru Big Sur International Marathon | Courir, moi ? Jamais !

  4. Pingback: Bonne année ! | Courir ? Moi ? Jamais !

  5. Pingback: 100km dans New York | Courir ? Moi ? Jamais !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: