100km dans New York

Encore du mal à croire que j’ai couru 100 bornes. Ça me paraît tellement long en voiture, alors en courant ! Qu’est-ce qui m’a pris de m’engager dans un truc pareil !

J’ai suivi en juin dernier l’édition du TGNY100. Je trouvais le concept génial d’une course qui fasse le tour des différents quartiers de New York. Pas de qualifications ici ou de loterie… heureusement car c’est incompatible avec mon karma, il me faut au moins 3 essais pour réussir.

J’avais suivi avec attention la folie de mes copains qui s’engageaient sur des gros ULTRA : Damien avait fait Millau, Clément était sur Steenwerck (il a fallu que je le tape sur Google pour trouver l’orthographe ! C’est abusé un nom pareil !).

Les distances avalées lors des entraînements me paraissaient affolantes. Je me réjouissais d’arriver à courir 45mn, et les mecs courraient 3h30 le week-end !

J’ai attendu l’ouverture des inscriptions en janvier 2016. Une heure avant, je cherchais encore des arguments qui me pousseraient à faire machine arrière… pour ceux qui me connaissent bien, si je dis “je pense faire ça / je pense acheter, je pense m’inscrire…”, c’est que c’est déjà fait / organisé / payé…

L’entrainement

Après consultation de la bande de Centbornards de mon carnet d’adresses, je défini mon plan d’entraînement sur 13 semaines. Je suis passé par un plan 100k du site https://plans-entrainement.net désormais payant, mais ça vaut vraiment le coup d’en payer l’abonnement : ce site est complet. Gros changement pour moi qui utilisait http://www.conseils-courseapied.com/ pour toutes mes courses jusque là, mais il n’y avait rien au delà du marathon.

Un marathon en octobre et un trail de 32km font parti du plan pour se préparer au plan d’entraînement 100k… Oui c’est un peu étrange, mais quand j’ai vu que la première sortie longue du plan d’entraînement était de 2h10, j’ai vite compris que je m’attaquais à autre chose qu’un entraînement type de “Marathon”… il fallait donc être d’attaque, pour attaquer le plan d’entraînement.

L’entraînement du 100k avec l’assimilation de l’allure 100k (6.4 /km) a été génial. Ce n’était pas gagné d’avance : 1,90m, c’est pas hyper évident de courir doucement, mais on y arrive ! J’ai jamais autant kiffé le running que ces 6 derniers mois. Des grosses sorties sans trop tirer sur le cœur (65% cardio) permettant de recourir le demain sans avoir peur de casser la machine.

Je me suis entraîné dans toutes les conditions avec pour la plupart du temps mon partenaire “Le Loup” : températures plus que négatives, et plus que positives, de la neige, de la pluie, le matin très très tôt, au moment des repas pour tester la machine lorsque j’ai faim… il n’y a plus qu’à !

Le jour J

image

4h du mat : devant mon bol de céréales et mes deux bananes. La nuit a ressemblé à une douce nuit d’avant course… où tu ne dors pas ou très mal, où tu recomptes le nombre de barres énergiques que tu as pris et finalement tu n’en mangeras même pas la moitié, tu fais des calculs d’allure… ça n’en finit pas ! Bref c’est toujours la même blague avant une course et si quelqu’un a un remède miracle pour passer une nuit “convenable”, n’hésitez pas à communiquer sur le sujet.

Le départ est à 5h. L’hôtel à 100m de Time Square nous a permis de vivre l’ambiance nocturne si calme de ce quartier : sirènes de police, de pompiers toute la nuit.

Je rejoins Time Square pour prendre la ligne de départ. Il fait déjà chaud pour 5h du mat. Ça se vérifiera plus tard : l’édition 2016 a été la plus chaude de toutes : 32°C… à l’ombre… mais il n’y avait pas beaucoup d’ombre.

Ici, personne pour bloquer la route ou te jouer de la musique aux 4 coins de rues. Marquage au sol par des flèches jaunes aux intersections (il faut être du bon cote de l’intersection…). Il faut rester attentif ou avoir une carte chargée dans la montre, mais ça ne suffira pas, il y aura des changements de parcourt de derrière minute.

En arrivant, je reconnais Charlotte, Française installée aux USA, qui s’aligne encore sur le 100 miles. Elle m’a donné de  nombreux conseils les mois précédent la course. A côté de moi, Mickael Wardian, le grand Champion Américain. Une machine : il a gagné Big Sur Marathon quand j’y étais… De la montée de la Tour Eiffel à l’UTMB en Août, il est partout.

Je me sens comment dire : pas trop à ma place. Le mois dernier, je fêtais les deux ans de mon premier semi-marathon. Je suis encore surpris d’arriver à courir une heure… je n’ai toujours pas passé le cap dans ma tête. Néanmoins, je sais que je suis prêt pour courir cet ULTRA depuis quelques semaines: pas à la même allure que ces champions mais je vais le faire et le finir – (Washington DC Marathon par exemple, en me levant je savais que quelque chose allait merder et ça n’a pas loupé).

La fameuse photo de groupe : premier rang à gauche, les deux organisateurs. Phil compte un record US inégalé aujourd’hui sur 48H : 378km. Trishul  a réalisé la traversée des USA de LA à New York… 5000 km en courant, une paille…

Top départ

Ligne de départ

Tout s’enchaîne très vite. On part de Time Square en profitant du passage d’un feu au rouge. On file vers Central Park. A mon habitude je ne me laisse pas embarquer par la cadence, je garde mon rythme. Je me retrouve très vite en queue de peloton : à vrai dire je ne vois qu’une runneuse derrière mois après 20mn.

Le soleil est en train de lever, les couleurs de l’aube à travers les arbres sont superbes. Sorti de Central Park, on rentre dans Harlem. Traversée de se quartier que je ne connais pas : on se croirait dans une série TV des année 70.

Le rythme commence à baisser devant et je reviens sur quelques coureurs avec qui je discute :

  • Moi : “Ton premier Ultra ?
  • Ah non j’ai couru 100 miles il y a 2 mois (160km)
  • Moi : et toi ?
  • J’ai fait un IronMan (inutile de préciser que c’est le Full), et j’ai couru le 100 miles l’année dernière et toi ?
  • Moi : Heu moi, je cours depuis moins de 3 ans… voila voila”

Ça sera les mêmes discussions tout le long du parcourt. Des passionnés qui se connaissent tous, dont les courses de plus de 50K sont devenues la sortie longue du weekend-end et qui prennent un plaisir monstre à te parler de leurs aventures, leur passion, sans pour autant s’en vanter.

Le premier marathon

Deux marathons et demi… c’est en gros ce à quoi correspond 100k. Alors j’ai compté comme ça pour savoir où j’en étais tout le long.

wp-1466715555411.jpg

À la sortie d’Harlem, à la limite avec le Bronx, le passage du Washington Bridge est juste superbe. Les jambes sont fraîches, le soleil est à peine sorti : que du bonheur. Après une grosse montée, on rentre dans les parcs du Bronx : dépaysement total. Impossible de penser qu’on est à quelques dizaines de minutes de Central Park. On se retrouve dans une vrai Jungle.

wp-1466715585579.jpg

Au bout de 20km, passage du premier semi (il en reste encore 4 à courir), le chemin devient du trail sur une dizaine de km : des jolies montées, des grosses marches… un vrai trail. Passage dans les bois, sur des chemins, le tracé est superbe. Il ne me manque que les Speedcross par moment 🙂

wp-1466712940931.jpg

Toujours dans le Bronx on part en direction de Pelham Bay Park, une îles avec plage a l’est de Manhattan pour une boucle. On est au km 35 : la température est deja bien montée, beaucoup commencent à beaucoup beaucoup marcher. Je croise Charlotte D. qui a l’air de sortir d’un 5k : clairement ça se voit qu’elle va faire quelque chose aujourd’hui !

Je poursuis avec ma stratégie de marcher très vite dans les montée, à la limite de la course à pieds. Stratégie payante car je vois que ceux qui s’enflamment et courent dans les montée se fatiguent tellement qu’ils s’arrêtent en haut pour souffler.

Bronx

La moitié

Il est 10h du mat. Je passe les 42 km du marathon en moins de 5 heures comme prévu. La température est en train d’atteindre les 30°c.

J’échange avec Delph (ma femme) sur whatsapp : elle me confirme qu’elle sera au 50ème km.

Damien m’appelle pendant 20mn : on déconne bien au téléphone comme d’habitude. C’est notre petit rituel désormais, on s’appelle pour se motiver lors de nos courses respectives, et ça marche ! Jean-Marc m’appelle une 20ène de minutes plus tard pour savoir comment je me sens. Ça fout la pêche de voir qu’autant de personnes pensent à toi !

Delph m’attend donc au 50ème. Mes jambes sont biens, le mental pareil. Il commence juste à faire très chaud et ce n’est que le début.

Il est 11h45, presque 7h de course. Je refais le plein de barres et de pâtes de fruits comme je l’avais minutieusement préparé la veille, un peu de crème solaire et c’est reparti.

Je poursuis un peu avec deux coureurs qui se sont engagés sur le 100miles mais qui n’ont pas fini apparemment. Ils avaient tablé sur la stratégie courir 9km / marcher 1km. Au delà du 60eme, Delphine les a croisé et m’a confirmé qu’ils n’étaient pas super bien.

Se nourrir

Côté nutrition, j’ai écouté les conseils des habitués “la nutrition est l’élément essentiel pour réussir un Ultra” : Damien avant tout (c’est sa faute si j’ai eu l’idée de courir un truc pareil), Niko de Running-Addict, Daddy the beat. et bien sur mon Chiropracteur qui a une spécialité nutrition dans le sport.

J’ai testé beaucoup de barres en tous genres et me suis fixé sur les LARAbar (100% fruit et Nuts) : j’en ai eu sérieusement raz le bol au bout du 70eme km. Prochain Ultra, il faudra penser à varier un peu plus… Je digère très bien les pâtes de fruits et pâtes d’amandes (merci a mes parents qui m’avaient amené un stock énorme de chez Decath. dans leur valise) : je m’en suis gavé tout le long pour compenser l’ecoeurement des barres…

A ma gauche, Gerald qui finira sont 5ème TGNY 100miles en 5ans

Les points de ravitos sont tenues par des volontaires tous les 8km / 10 km : on y trouve de l’eau pour les tout premiers et à partir du 3ème ça devient un vrai buffet : M&Ms, pastèques, bananes, dates, patates sautées, de l’eau et des glaçons (super idée pour le camelback !), des gels home-made… Je reste sur l’option Banane et pastèque. On est reçu sur la plupart des ravitos avec des encouragements, des cloches : super ambiance !

A partir des 50 km : la fournaise

La suite est très difficile pendant les 2 heures qui suivent. Delph me l’a dit au 50ème : “tu vas passer sur le pont, bien exposé au soleil, ça ne va pas être marrant”.

On passe dans des zones industrielles du Bronx, on longe une autoroute (on peut toucher les voitures en tendant le bras…). Il fait 32°c pas un brin d’ombre, pas d’air, le bruit du trafic… très, très long. C’est la partie que j’ai le moins aimé sur ce 100k.
Ma ptite femme c’est occupé de toute l’organisation : des copains me rejoindront pour courir quelques segments, elle s’est occupée de tout synchroniser depuis des mois dans le plus grand secret.

Du Bronx vers le Queens

Première grosse surprise. Seb m’attend au km 62. Ça fait un bien fou de le voir là, surtout a ce moment. On s’alignera ensemble sur le Marathon de NY en Novembre. Il me tient compagnie pendant 10 bornes, il se met au milieu de la route pour couper la circulation, fait plein de vidéos. Ça fait oublier la chaleur pesante.

J’avale une banane trop vite au ravito… Très dangereux une banane : ca me pèsera 20mn sur l’estomac. En plus de la chaleur ca n’a pas aidè.

On change de décor encore une fois. On longe Laguardia Airport. On croise d’autres coureurs qui ont l’air de souffrir autant. On attaque tous les montées en marchant vite : ceux qui courent perdent un maximum d’énergie pour un gain 0 : on les rattrape très vite.

Un peu de pub pour mon sac Camelbak plus que parfait

Apres 10km on passe Flushing Bay avec Seb, qui laisse sa place a Mike : un seul accompagnateur n’est autorisé après le 60ème km. Ça sera la deuxième super grosse surprise de la journée. Mike est un collègue et ami avec qui j’ai couru quelques runs entre midi et deux pour l’entrainement. Il m’a raconté toute la semaine qu’il organisait un mariage ce samedi pour pas lâcher le morceau… Il s’est entraîné pour courir dans toutes les conditions pour être sur d’arriver à me suivre.

Il arrive au moment où il fait le plus chaud et où on est le plus exposé. On va courir 5km le long de cross Island Parkway qui vont paraître une éternité. Le bruit des voitures plus la température, le manque d’air… Décidément le Queens ne ressemble pas a ce a quoi je m’attendais !

Mike est venue avec un cadeau : une serviette qui reste fraîche quand on la mouille : c’etait exactement ce dont j’avais besoin !  Il me laisse après 10 bornes en haut d’une côte. Je poursuis dans un parc à l’ombre jusqu’à rejoindre Delph qui va courir aussi avec moi.

On s’est loupé de peu : on ne c’est pas vu a un carrefour. Mike là déposera plus loin. On aura quand meme l’occasion de courir quelques km avant de rencontrer Matthieu. Le ou de la marche rapide la bien faite marrer… je vais me l’entendre quelques fois dans nos prochains runs je sens “tu veux pas qu’on marche là, ça monte un peu :)”

Le passage dans les bois avant de retrouver Delph a ete un pur bonheur. Les jambes sont toujours là : c’est bien la chaleur qui me tape sur la tête, sinon le reste est ok. Je me permet même d’accélérer. J’ai Damien au téléphone pour lui confirmer que j’ai la pêche. Un appel de JM ou on déconne un peu sur ma petite sortie du jour.

Les 10 dernières bornes

Un coup d’oeil sur la montre : pwaaaa 90 bornes ! Mais comment j’ai pu courir une distance pareil ! J’ai complètement zappé le passage du deuxième marathon au km 84.

Matthieu, avec qui j’ai beaucoup couru pour les entraînements marathons, prend le relais sur les derniers 10 km. On arrive sur la dernière portion du 100k. C’est impossible à ce moment-là de me dire que je viens de courir 90 bornes !
Je mate ma montre depuis 45 mn en faisant des calculs savants… je vois bien qu’en me bougeant un peu, au mental, le passage sous 13 heures est possible.

On croise Cherie qui est blessée cette année donc elle ne court QUE 100 km. On restera ensemble sur les dernieres portions du parcourt.

On traverse beaucoup de park du Queens : c’est un régal. Des réunions de familles d’amerique du sud : grillade, tournois de foot, Salsa. Ca respire la bonne humeur, ça respire la diversité new-yorkaise !

Un passage par l’unisphere puis on attaque la dernière partie du parcourt. Il reste 5km a courir.

Des montées sur les 3 dernières bornes. Il fait un peu moins chaud mais c’est encore très lourd. Matthieu prend les devants en courant devant pour suivre les flèches jaunes.

La ligne droite

L’arrivée est a la sortie d’un parc. Matthieu l’a bien compris : le SUB13 est possible. Il monte la cadence dans les 2 derniers Km pour me pousser. Cherie prend les devant et pousse dans les montées. Ca devient plus plat après de nombreuses montées puis enfin la redescente tant attendue, celle promise sur l’élévation profile ! C’est le moment d’envoyer un peu plus les pattes : je lâche tout… après avoir regardé mon pace sur Garmin Connect, le “je lâche tout” ne fait pas rêver :).

En bas de le descente, je cherche la ligne d’arrivée. Rien en vue. Matthieu envoie ses grandes cannes (on a les mêmes mais les miennes n’iront pas aussi vite aujourd’hui) : la ligne d’arrivée est là mais il faut d’abord traverser la route.

Les organisateurs bloquent la circulation en nous voyant arriver : y’a pas moyen que je m’arrête pour laisser passer des voitures a ce moment la ! Les encouragements des bénévoles et autres coureurs, je traverse en courant, passage du “trottoir d’arrivée” au km 100, arrêt du chrono : 12h55 ! 100km !!!! Je suis Centbornard !

On peut faire ce qu’on veut… on a toujours un sourire idiot a l’arrivee d’une course

Une pluie de questions en arrivant : tu veux boire, tu veux manger, tu veux un bout de pizza ? Tu veux continuer (blague de ma femme suite aux rêves que je faisais depuis une semaine…) ?

Sur le moment j’ai du mal a y croire. Je ne suis pas à boiter comme sur les marathons de Big Sur ou Philly. Pas besoin de m’asseoir. Je suis bien. Ca se confirmera dans les jours qui suivent : pas de courbatures. Énormes !

Un certificat de finisher et deux bouts de pizza plus tard on rejoint la voiture, direction une BBQ party pour finir la soirée.

Résultats

Apres course les résultats tombent : je fini 9eme sur 31 finishers au 100K en 12:55 offciel !

Le premier du 100k qui est une premiere qui finit en 9:39.

Du cote du 100 miles, Charlotte fait une énorme perf en arrivant 4eme sur 35 en 20:04 ! Mickael Wardian fini en 16:12 !

On etait 105 inscrits ce qui fait au final un tiers de D.N.F : 30% d’abandons si je me fie au classement.

Le chiffre 8

Une petite photo au bord de la piscine le lendemain : mon numero de dossard m’aura suivi tous le weekend, jusqu’à la commande du lunch au self de la salle de fitness le lendemain !

L’après course

Il m’a fallu autant de temps pour lire que pour courir le 100k ! Les sms, whatsapp, facebook, twitter… Merci a tous pour vos messages avant, pendant et après la course, ca m’a boosté pour faire les choses bien !

Un grand merci encore à ma moitié qui m’a suivi dans ce super projet et qui c’est occupé de toute la logistique (c’est sa faute aussi, c’est elle qui m’a poussé à faire du running) !

Et maintenant, on fait quoi quand on a couru 100km ?

Il faut toujours avoir un projet d’avance ! C’est ma philosophie depuis que j’ai commence le running. Et ce projet j’y pense depuis plus de 6 mois, mais j’avais besoin de valider la première étape qui etait ce 100k.

En novembre il y a aura le Marathon de NY pour lequel j’ai gagne a loterie (enfin), mais encore une fois ça sera une etape dans la preparation d’un prochain ULTRA. Je vais le courir a fond en cherchant a battre mon RP, mais j’ai pris un tel pieds sur cet ultra que je compte vraiment m’investir dans cette discipline.

Je m’engage donc sur le 100 miles du TGNY100 en Juin 2017 pour faire le tour complet de New York : ça sera beaucoup plus pratique de retrouver la voiture a l’arrivée, laissée au départ 24 heures plus tôt.

Je vous laisse convertir en km… 😉

TGNY 100miles

TGNY 100miles

 

Advertisements

31 Comments on “100km dans New York

  1. Enorme!!!! C’est le mot qui résume à la perfection ta préparation qui aura été plus que parfaite et ta course géré de main de maître pour une première. Tu m’aura impressionné tout du long et ta facilité et ta forme sur la course pwouahhhhh Respect 😉

    Tu es centbornad bordel !!!!

    Liked by 1 person

  2. Comme à chaque fois, t’as une façon d’écrire qui transmet tellement bien ton ressenti que j’ai presque l’impression d’avoir couru 🙂

    Un vrai régal de te lire, impressioné par la distance (espèce de grand malade), par l’organisation de Delph (une grand bravo à elle et à tes potes) et aussi par la facilité avec laquelle tu as l’air d’avoir avalé les kilomètres.

    Bref pour résumer tu es fou et tu as toute mon admiration.

    Ps : ça donne vraiment envie de venir courir avec toi l’année prochaine.

    Like

    • Merci beaucoup Jérém ! Ça fait plaisir😀

      C’est de la bonne folie… T’es le bienvenue pour l’année prochaine. L’inscription est en Janvier

      Like

      • Ah non, si je viens courir c’est avec toi pendant 10 bornes pour te soutenir, pas pour faire les 100 bornes 🙂 Si je viens aux states pour ne plus pouvoir marcher pendant 15 jours c’est con (ou alors faut que je cale le dernier jour des vacances sur le jour de course)

        Like

    • J’irais pas jusque-là mais la prépa à été excellente :). J’ai pris un tel plaisir sur cet entraînement. Hâte de recommencer ! Merci encore !

      Like

  3. Camarade, c’est enorme et lire ce compte-rendu est genial. Encore bravo!!!!
    Hats off.

    Like

  4. Et ben pétard!!!! Félicitations, ça a l’air easy lorsqu’on te lit!
    Et tu as des amis au top et une femme aussi géniale pour réussir à tout organiser et que tu ne sois pas seul les 40 derniers kilomètres!!!!!

    Bravo à toi et en route pour les 100 miles!!!!!

    Like

    • Merci Gwen. Pas easy easy mais la préparation a été nickel du coup j’ai pas trop morflé.
      C’était super de pouvoir avoir des copains avec qui courir !
      Ils remettront peut-être ça l’année prochaine sur le 100M 😃

      Like

  5. Ah ah j’ai adoré le : ”Heu moi, je cours depuis moins de 3 ans… voila voila”. M&Ms, pastèques, bananes, dates, patates sautées whaaaaaaat ? Je comprends mieux ton envie de te lancer sur cette course ah ah xD
    Top l’organisation de Delphine ! C’est genial d’avoir pu courir avec autant de personnes de ton entourage ! Bravo a elle !
    Pétard 100 bornes quand même… Tu l’as fait ! Juste bravo ! Vous êtes des machines, vous les 100 bornards ! Et c’était pas suffisant apparemment. Sacré projet à venir !

    Like

    • C’était carrément bien organise au niveau des volontaires : une ambiance trail. Les organisateurs ne payent que l’eau et pastèques : tout le reste c’était du volontariat 🙂

      Delph a assure : ca a été une grosse course pour elle avec des changements de dernières minutes : déposer les copains au point de départ et qu’ils puissent récupérer leurs voitures après avoir couru avec moi. Les gros bouchons du samedi… Bref, une sacré organisation !

      J’ai hâte de commencer l’entrainement pour le 100 miles :). si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas avenir courir un bout la runner-addicts Team… je lance l’idée comme ca 😉

      merci !

      Like

  6. Enorme ! Félicitation à toi et très bon compte rendu !
    Autant j’ai une preférence pour le trail en montagne, mais traverser New York en courant c’est un rève…
    Je ne connaissait pas cette course, mais elle donne envie d’y participer !!

    Like

  7. Bah merde. Je voyais pas de CR..je pensais que tu ne bloggais plus. Mais tu avais disparu de ma liste de favori. Du coup j’arrive 150 après la guerre (je t’ai remis dans mes favoris) mais je tiens à t’adresser d’énormes Félicitations!!!! Pour un 1er 100 bornes, t’as géré de ouf!!! Arriver sans fatigue avec cette chaleur et ce très beau chrono, c’est juste phenomenal. Tu dis au début du CR que tu as le sentiment de ne pas être à ta place, mais rassures toi, avec une perf pareille, au départ d’un 100 bornes, tu es chez toi!!!
    Par contre je suis assez jaloux que Damien t’appelles aussi pendant t’es courses….je pensais être le seul…je tombe de haut!!! 🙂
    Encore bravo en tout cas!!!!

    Like

  8. Pingback: Quelques jours avant le 100miles | Courir ? Moi ? Jamais !

  9. Pingback: Petite balade de 160km autour de New York | Courir ? Moi ? Jamais !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: